Mon père qui est aux cieux.

par yann guignabert  -  10 Mai 2011, 14:51

 

 

 

 

 

 

Dimanche 8 mai  à 11h 30 mon père est partit rejoindre le grand TOUT, l'universel.

Il sera incinéré vendredi 13 mai à 10h et ses cendres seront dispersées en mer.DSC01119-copie-1.JPG

Je demande le silence

 

Qu'on me laisse tranquille à présent.

Qu'on s'habitue sans moi à présent.

 

Je vais fermer les yeux.

 

Et je ne veux que cinq chose,

cinq racines préférées.

L'une est l'amour sans fin.

 

La seconde est de voir l'automne.

Je ne peux être sans que les feuilles

volent et reviennent à terre.

 

La troisième est le grave hiver,

la pluie que j'ai aimée, la caresse

du feu dans le froid sylvestre.

 

Quatrièmement l'été

rond comme une pastèque.

 

La cinquième chose ce sont es yeux,

ma Béa, bien-aimée, 

je ne veux pas dormir sans tes yeux,

je ne veux pas être sans que tu me regardes:

je change le printemps

afin que tu continues à me regarder.

 

Amis voilà ce que je veux.

C'est presque rien et presque tout.

 

A présent si vous le désirez partez. 

 

J'ai tant vécu qu'un jour DSC01395

 

vous devrez m'oubliez inéluctablement,

vous m'effacerez du tableau :

mon coeur n'a pas de fin.

 

Mais parceque je demande le silence

ne croyez pas que je vais mourir :

c'est tout le contraire qui m'arrive

il advient que je vais me vivre.

 

Il advient que je suis et poursuis.

 

Ne serait-ce donc pas qu'en moi

poussent des céréales,

d'abord les grains qui déchirent

la terre pour voir la lumière,

mais la terre mère est obscure,

et en moi je suis obscur : 

 

je suis comme un puit dans l'eau duquel

la nuit dépose ses étoiles

et poursuit seule à travers la campagne.

 

Le fait que j'ai tant vécu
et que je veux vivre encore autant.


Je ne me suis jamais senti si vibrant,
je n'ai jamais eu tant de baisers.

 

A présent, comme toujours, il est tôt.

La lumière vole avec ses abeilles.

 

Laissez moi seul avec le jour.

Je demande la permission de naître.

 

Claude Guignabert.

 

(texte de Pablo Neruda)

JLM.......(lulu) 12/07/2011 18:39


Je tire mon chapeau, à ton père en voyage , et te dis ici le plaisir a voir tes réalisations dans lesquelles , souvent je te reconnais ,et même si l'on est plus tout à fait ce que l'on était voir
que l'essentiel d'humanité sensible en nous est restée...
mr lulu


yann guignabert 13/07/2011 07:59



Merci mr Lulu, ça fait plaisir que ça te plaise, j'espère que vous vous portez tous bien, gros bisous.



Baudelaine 15/06/2011 22:16


Il y avait une fois
Un homme juste, ou juste un homme...
jouant des épaules et de sa propre loi
Un homme de selle, à ces chevaux de bois,
qui manquaient de fougue pour des Graals trop étroits
Du galop au ressac ,jeté parmi les rois

je crois, il lui en fallait bien plus que ça
Cavalier seul il sortait du rang et des bois serrait
peux importe la quête ,il soutenais le combat.
dans une joute funeste il trouva le trépas..
Il savait être vainqueur dans toutes les défaites
aujourd’hui encore il ouvrirait le débat...
il vaincu zen , tous allons tremblant sous ses pa pa
Tout les verts a la foi
D’un panache élancé il toisait certaines fois
Aimant rester digne avec les pieds dans le plat
sachant d'un re verre, et d'un
zeste ,balayer l’ennuyeux et l'ennui
D' un pavé dans la mare ,ne faisait pas d'histoires
Il n’avait que faire des ceci, des cela
A chacun d'entre vous il savait n' être qu'a toi
Il aimait être dur en sachant rester tendre
il savait dire je t'aime, dans ces moments là...

De lui, j’ai appris cela
Une fois encore les strophes finissent par toi


je crois, il lui en fallait bien plus que ça


sylvie 01/06/2011 11:54


Affectueuses pensées, juste pour te dire notre amitié, Sylvie


Anne 10/05/2011 16:36


Merci, mon amour, pour ce magnifique hommage à ton père. J'ai grande hâte de te retrouver.